Once upon a pill par Janice Hadlock

Aller en bas

Once upon a pill par Janice Hadlock

Message par sandra le 05/08/18, 12:10 pm

Sur les effets des médicaments, sur la relation entre dépendance et mode adrénaline, sur le danger de ces médicaments si on arrive à revenir au mode dopamine, sur le protocole pour arrêter de façon ultra progressive; bref une somme de connaissances unique, basée sur quinze ans de pratique et des centaines de cas.

Janice Hadlock ne vend rien, ses livres sont en libre accès sur son site,

http://pdrecovery.org/once-upon-a-pill/

un livre important pour tout parkinsonien, médicamenté ou non.

Les connaissances nous permettent de lutter contre les messages donnés par la médecine actuelle, qui désespèrent les gens, à tort, car il  y a des possibilités de sortir du tunnel. sunny

sandra

Messages : 79
Date d'inscription : 16/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Once upon a pill par Janice Hadlock

Message par Mimi le 06/08/18, 10:44 am

J'ai presque terminé le livre. C'est du très lourd. C'est en anglais, j'ai téléchargé le pdf et l'ai converti en ebook. Du coup je le lis dans ma liseuse qui a un dictionnaire incorporé, ça m'évite les aller-retour sur le dictionnaire papier,car c'est bien écrit, avec des formules un peu trop littéraires parfois pour moi. C'est un pavé, mais bourré de références et de cas cliniques. On peut sauter des pages quand par exemple elle reprend et commente le journal de bord de ses patients qui ont essayé de se sevrer de leur traitements anti-parkinsonniens. Car c'est d'un vrai sevrage qu'il s'agit, et qui n'est pas prévu par les fabricants ni par les neurologues qui ne font qu'augmenter les doses quand le médicament ne fait plus effet. On dit aussi que c'est la maladie qui évolue par en dessous...J.H n'est pas d'accord. Dans sa pratique d'acupuncture, elle arrive à rétablir des malades mais elle a constaté que si leur parkinson régressait, et qu'ils continuaient à prendre leur chimie, ils devenaient plus accros et du coup était surdosés avec les effets typiques du surdosage (dyskinésies etc). Les neurologues qui les suivaient et réprouvaient l'acupuncture, constataient de leur côté une aggravation des symptômes et augmentaient les doses, d'où dyskinésies etc. Cela peut aller jusqu'à la mort. Les expériences de sevrage avec les périodes de manque font froid dans le dos. Elle explique comment dans les débuts de ses expériences elle a mis au point une méthode de sevrage en faisant diminuer de 10% les doses sur au moins 10 semaines. Beaucoup rechutaient, étaient ensuite surdosés, certains inconscients ont voulu tout arrêter d'un coup... Après ces expériences avec le sevrage, son institut a refusé de faire les soins qui permettent de se rétablir de Parkinson aux personnes médicamentées. Ils reçoivent des sois d'accompagnement différents de ceux qui ne sont pas sous médicaments. J'ai appris beaucoup de choses sur la lévodopa, Janice H en connait un rayon. Son livre date de 2003. Elle ne parle pas de mise à jour, c'est qu'il n'y a donc rien à y rajouter pour le moment.
Bien entendu cette lecture me laisse perplexe. Je prends conscience que je suis dépendante de ces médicaments, au sens drogué du terme, même si je suis à très faible dose par rapport aux cas cités dans le livre. à suivre...
avatar
Mimi

Messages : 62
Date d'inscription : 05/03/2017
Age : 54
Localisation : Provence

http://parkinsonailleurs.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum