La personnalité du parkinsonien

Aller en bas

La personnalité du parkinsonien

Message par sandra le 08/08/18, 03:23 pm

Janice hadlock Stuck in pause p. 177


Depuis les années 1930, les médecins ont réfléchi et publié des théories sur ce qu’ils nomment La personnalité de Parkinson. "La personnalité de Parkinson a été décrite comme compulsive, industrieuse, introverti, moralement rigide, ponctuel, sérieux, stoïque, méfiant ... "et plus. (La citation précédente est prise de l'article “Personality Traits and brain dopaminergic function in Parkinson’s disease”; Proceedings of the National Academy of Sciences USA; 98:13272-7; Valtteri Kaasinen, MD, PhD et al; 2001.)

Mais ce sont des traits que l'on voit chez les personnes dont les symptômes de la maladie de Parkinson sont déjà devenus apparents.

Dans les décennies précédant l'apparition des symptômes, il serait peut-être préférable de les décrire comme "intelligents, concentrés, avec des racines morales fortes et une intensité de but". Ils peuvent être audacieux, héroïques, charmants et spirituels.

En raison de l'utilisation chronique du mode adrénaline (norépinéphrine), ils peuvent sembler plus forts, plus intelligents et plus rapides que la plupart des gens.

Ils peuvent être amicaux, même sociaux et aimants, et pourtant, beaucoup d’entre eux admettront qu’ils se comportent avec amour envers les autres, mais qu'ils ont du mal à ressentir de l'amour dans leur cœur.

Leur amour tend à être un amour plus cérébral et idéaliste qu'une vibration résonant du fond du cœur. Et beaucoup m'ont dit cela, bien qu'ils se soucient profondément des autres, ils ont du mal à ressentir de l'amour pour eux-mêmes.

Il est presque impossible d'avoir une sensation d'amour dans le cœur en étant en état de pause.

Une personne peut être heureuse d'être exempte de douleur physique et émotionnelle quand elle s'interdit de sentir, mais cet engourdissement l’empêchera également de ressentir une expansion ou une résonance du cœur, ou ce que nous appelons «ressentir» de l'amour."

Pour ce qui est de leur personnalité, lorsque les patients commencent à prendre des antiparkinsoniens, addictifs et psychotropes, les médicaments fonctionnent en rendant une personne "défoncée" ou "élevée", on ne peut plus rien en dire.

sandra

Messages : 73
Date d'inscription : 16/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum