Les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson

Aller en bas

Les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson Empty Les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson

Message par Mimi le 08/02/18, 07:08 pm

source : https://gp29.net/?p=121
Les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson
Publié le 07 mai 2006 à 10:59
LE PARKINSONIEN INDEPENDANT
N°24 – mars 2006
Les symp­tômes non moteurs de la mala­die de Parkin­son

Consé­quences au quoti­dien

La plupart des Parkin­so­niens rece­vant un trai­te­ment par L-​Dopa déve­loppent des compli­ca­tions
motrices (CM) qu’ils connaissent géné­ra­le­ment bien et qui font l’objet d’une atten­tion parti­cu­lière de la part des neuro­logues. Il s’agit prin­ci­pa­le­ment : des akiné­sies de fin de dose, des dyski­né­sies des blocages et des phéno­mènes « On/​Off ».
(....)

Les compli­ca­tions non motrices (CNM) sont beau­coup moins recon­nues car le patient ne les relie pas aussi faci­le­ment que les symp­tômes moteurs à sa mala­die de Parkin­son ou à son trai­te­ment et les méde­cins inter­rogent beau­coup moins les patients sur ces aspects non moteurs. En fait, les spécia­listes, à l’hôpital ou en consul­ta­tion, se foca­lisent souvent sur les symp­tômes moteurs et leur trai­te­ment. Les études montrent d’ailleurs que les CNM (compli­ca­tions non motrices) de la mala­die de Parkin­son sont plus suscep­tibles d’être recon­nues au niveau des soins de première ligne c’est à dire par les méde­cins de famille. Les malades et les géné­ra­listes devraient donc être mieux infor­més sur ces CNM pour mieux les recon­naître et voir avec le neuro­logue comment y remé­dier. Tel est le but de cette mise au point.

La fréquence de ces CNM est élevée et à titre d’exemple on souli­gnera que l’étude de Witjas et coll. (2002) montre que 100% des patients inter­ro­gés avaient au moins un type de CNM, c’est dire l’importance du problème pour­tant sous estimé.

Les CNM peuvent être clas­sés en 3 caté­go­ries :

Dysau­to­no­miques (neuro­vé­gé­ta­tifs)
Mentales (cognitives/​psychiatriques)
Sensorielles/​douleurs
Comme on peut le lire, les mani­fes­ta­tions et fluc­tua­tions dysau­to­no­miques les plus fréquentes sont une trans­pi­ra­tion exces­sive (64%), des bouf­fées de rougeur faciale (44%), de la séche­resse de la bouche (44%), de la dyspnée (diffi­cul­tés respi­ra­toires), de la dyspha­gie (diffi­cul­tés pour avaler), et de la consti­pa­tion (40%).

Les mani­fes­ta­tions psychiques les plus fréquentes sont l’anxiété (66%), la fatigue (56%), l’irritabilité (52%), les hallu­ci­na­tions (49%), cepen­dant qu’un ralen­tis­se­ment de la pensée (58%) est la mani­fes­ta­tion cogni­tive (intel­lec­tuelle) la plus souvent décrite.

En ce qui concerne les mani­fes­ta­tions sensi­tives, les plus fréquentes sont l’akathisie (besoin de bouger, de déam­bu­ler) (54%), des sensa­tions de tiraille­ment (42%) et des sensa­tions de pico­te­ment (38%).

Ainsi, l’anxiété est la CNM la plus souvent rappor­tée et elle est asso­ciée préfé­ren­tiel­le­ment à l’état « Off » c’est à dire de blocage. Comme beau­coup l’ont noté, l’anxiété et les fluc­tua­tions de l’humeur (tris­tesse, senti­ment de lassi­tude, dépres­sion) peuvent être plus inva­li­dantes que les mani­fes­ta­tions motrices de la phase « Off ».

Les deuxièmes CNM les plus impor­tantes sont les trans­pi­ra­tions profuses, c’est à dire qui trempent litté­ra­le­ment les vête­ments. Là encore, elles surviennent souvent dans les épisodes « Off » mais aussi dans les phases dyski­né­tiques.

C’est égale­ment en phase « Off » que le patient se plaint de compli­ca­tions cogni­tives, c’est à dire intel­lec­tuelles.

La fatigue est égale­ment reliée à la phase « Off » et entraîne un lourd handi­cap.

On retien­dra que les mani­fes­ta­tions sensi­tives sont rappor­tées comme les plus inva­li­dantes.

Les CNM sont en géné­ral reliées aux compli­ca­tions motrices (CM) et les deux sont corré­lés à la sévé­rité de la mala­die. Les deux types de compli­ca­tions surviennent donc plus volon­tiers chez les patients ayant déjà une mala­die de Parkin­son évoluée. Le fait que les CNM soient reliées aux CM et qu’elles répondent géné­ra­le­ment bien aux trai­te­ments dopa­mi­ner­giques, suggère que le système dopa­mi­ner­gique peut égale­ment être impli­qué, comme dans les compli­ca­tions motrices, dans la physio­pa­tho­lo­gie des compli­ca­tions non motrices. On sait égale­ment que le système dopa­mi­ner­gique module d’autres systèmes tel que le système séro­to­ni­ner­gique dont le dysfonc­tion­ne­ment pour­rait être respon­sable des fluc­tua­tions d’humeur
et le système adréner­gique dont la pertur­ba­tion pour­rait être respon­sable des fluc­tua­tions dysau­to­no­miques.

Les CNM ne sont pas bien recon­nues ni du malade ni du corps médi­cal, elles sont cepen­dant, aux dires des patients, bien plus inva­li­dantes que les compli­ca­tions motrices. Il y a donc un besoin pres­sant qu’elles soient mieux connues et recon­nues par l’ensemble des inter­ve­nants : malade, entou­rage fami­lial, person­nel médi­cal et para­mé­di­cal… En effet, la non recon­nais­sance des CNM est un facteur d’impact néga­tif très impor­tant sur la qualité de vie des malades et de l’entourage.

Certains symp­tômes comme les hallu­ci­na­tions, les troubles du compor­te­ment… peuvent conduire à une insti­tu­tion­na­li­sa­tion du malade en maison de repos qui pour­rait être évitée si la CNM était recon­nue comme telle.

D’autres symp­tômes comme les diffi­cul­tés respi­ra­toires, gastro-​intestinales ou des douleurs dans la poitrine peuvent conduire à des errances diag­nos­tiques et faire adres­ser le malade dans des services d’urgence dans la crainte d’une mala­die aiguë, cardio-​pulmonaire ou abdo­mi­nale. Des inves­ti­ga­tions et des trai­te­ments inutiles risquent ainsi d’être mis en œuvre alors qu’une simple recon­nais­sance de la problé­ma­tique permet­trait de la résoudre soit en modi­fiant les condi­tions de pres­crip­tion de la L-​Dopa ou par des injec­tions sous cuta­nées d’apomorphine.

Cette non recon­nais­sance des CNM a donc, au final, un coût impor­tant à la fois pour la qualité de vie du patient mais égale­ment pour les finances de la famille ou de la sécu­rité sociale.

« Aide toi et le corps médi­cal t’aidera »

Le malade au fait de l’existence de ces compli­ca­tions non motrices et de leur rela­tion avec la mala­die et/​ou le trai­te­ment pres­crit doit en faire part à son méde­cin géné­ra­liste ou à son neuro­logue. Le ques­tion­naire proposé par Chaud­huri et coll. (2005) est joint à cet article(*), il est rempli par le malade seul ou aidé par l’entourage ou le méde­cin trai­tant, il est ensuite soumis pour évalua­tion au neuro­logue qui propo­sera des mesures correc­trices.

Réfé­rences :

Chaud­huri KR, Yates L, Martibez-​Martin P. The non motor symp­tom complex of Parkinson’s disease : a compre­hen­sive assess­ment is essen­tial. Mov Disord 2005 ; 5:275 – 83
Witjas T, Kaplan E, Azulay JP, Blin O, Ceccaldi M, Pouget J, Poncet M, Ali Chérif A. Non motor fluc­tua­tions in Parkinson’s disease. Frequent and disa­bling. Neuro­logy 2002 ; 59:408 – 13
Source :

« Parkin­son maga­zine », le jour­nal de l’association Parkin­son belge (APk).

D’après un article du Dr M. Gonce – Service univer­si­taire de neuro­lo­gie — CHR de la Cita­delle (Liège) et Service de Neuro­lo­gie Répa­ra­trice Clinique Le Péri (Liège)

(*)Ne pouvant être édité faute de place, le ques­tion­naire sera adressé sur demande des inté­res­sés.

Questionnaire (source : toujours le même site/commentaires https://gp29.net/?p=121 :

Ques­tion­naire proposé par Chaud­huri et coll. (2005)

Les Compli­ca­tions Non Motrices de la mala­die de Parkin­son

Nom : Prénom :
Date de nais­sance : Date

Problèmes non moteurs dans la mala­die de Parkin­son

D’autres problèmes que moteurs peuvent surve­nir dans l’évolution de votre mala­die de Parkin­son ou de son trai­te­ment. Il est impor­tant que votre méde­cin géné­ra­liste et votre neuro­logue soient mis au courant de ces compli­ca­tions, parti­cu­liè­re­ment si elles vous perturbent. Une liste de ces compli­ca­tions est reprise ci-​après, veuillez mettre une croix dans les cases « oui » si vous avez eu cette compli­ca­tion pendant le mois écoulé. Si vous n’avez pas encouru ce problème dans le mois passé, mettez une croix dans la case « non », vous devez égale­ment mettre « non » si vous avez eu ce type de compli­ca­tions dans le passé mais pas dans le dernier mois.

Symp­tômes
non
oui
1.Ecoulement de salive pendant la jour­née

2.Perte ou chan­ge­ment de votre goût ou de votre odorat

3.Difficultés à avaler les aliments et les bois­sons

4.Vomissements et nausées

5.Constipation

6.Incontinence des selles

7.Impression que l’intestin n’est pas vidangé après vous être présenté aux toilettes

8.Besoin pres­sant d’uriner qui vous fait vous préci­pi­ter aux toilettes

9.Levers fréquents pendant la nuit pour uriner

10.Douleurs inex­pli­quées (par exemple non dues à des mala­dies comme l’arthrite)

11.Changement inex­pli­qué de poids (non consé­cu­tif à un chan­ge­ment de régime alimen­taire)

12.Difficultés à se rappe­ler des choses qui se sont passés récem­ment ou oublis de faire certaines choses

13.Manque d’intérêt à ce qui vous entoure ou pour certaines acti­vi­tés

14.Voir entendre des choses qui, vous le savez pour­tant, n’existent pas

15.Difficultés à vous concen­trer

Symp­tômes
non
oui
16.Sensation d’être triste, d’avoir le cafard

17.Sensations d’anxiété, de peur, de panique

18.Désintérêt ou au contraire trop d’intérêt pour le sexe

19.Difficultés d’avoir des rela­tions sexuelles

20.Sensations d’étourdissement, de vertige, de faiblesse lorsque vous passez de la posi­tion assise ou couchée à la posi­tion debout

21.Chutes

22.Difficultés à rester éveillé durant des acti­vi­tés telle que le travail, la conduite auto­mo­bile, les repas

23.Difficultés à vous endor­mir ou à rester endormi la nuit

24.Rêves intenses ou cauche­mars effrayants

25.Agitations motrices ou en paroles dans votre sommeil comme si vous « agis­siez » dans un rêve

26.Sensations désa­gréables dans les jambes la nuit ou lorsque vous êtes au repos avec un besoin de mobi­li­ser les membres infé­rieurs

27. Gonfle­ment des membres infé­rieurs

28. Trans­pi­ra­tion exces­sive

29. Vision double

30. Croyance en des événe­ments qui vous arrivent alors que l’entourage vous dit que ce n’est pas le cas

Mimi
Mimi
Administrateur

Messages : 156
Date d'inscription : 05/03/2017
Age : 55
Localisation : Provence

http://parkinsonailleurs.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum