David Thomson

Aller en bas

David Thomson

Message par sandra le 11/12/18, 03:11 pm

depuis le blog de Fred Philips, lui aussi parkinsonien et qui recherche des témoignages inspirants

https://fredphillips.wordpress.com/2015/12/19/my-journey-with-parkinsons-a-natural-approach-post-194-david-thompson-parkinsons-recovery-success-story/s

Mon parcours avec la maladie de Parkinson… Une approche naturelle: Post 194…

David Thompson - L'histoire du succès du rétablissement de la maladie de Parkinson!


Salut à tous,
Je m'appelle David Thompson et j'ai 55 ans et demi et je vis dans le nord de Londres, en Angleterre. Il y a quelques semaines, Fred m'a demandé si j'écrirais pour son site Web un article décrivant les détails de mon parcours depuis l'expérience de PD (parkinson disease) et la confirmation de ma guérison.
Bien sûr, j'étais touché d’être sollicité et devais attendre de recevoir la lettre «tout à fait claire» de l’hôpital ici à Barnet avant de me sentir avoir le droit de rendre compte honnêtement de mon parcours.

Ayant maintenant reçu cette confirmation claire, je partage avec plaisir une partie de mon voyage avec vous, femmes et hommes, dans l’espoir sincère que votre propre lumière intérieure brillera plus fort qu’elle ne le fait peut-être déjà en ce moment.
Mon parcours avec l'expérience de la MP a commencé il y a une quinzaine d'années avec la triste désintégration de mon mariage, qui impliquait la perte de mon domicile et ce qui allait devenir plus tard la rupture et la perte de relation avec mes enfants. Ajoutez à ce gâchis le fait de perdre mon emploi et d’avoir mes premières attaques de panique en raison du stress insupportable auquel je faisais face au même moment et je pense que vous aurez une idée assez claire de la situation de ce qu'était ma vie en général.

Au cours de cette période, j'ai commencé à remarquer une légère contraction intermittente dans la main gauche, mais je n'y prêtais pas vraiment attention car il s'agissait plutôt d'une prise de conscience en arrière-plan.
Après un certain temps, je me suis déplacé du sud de Londres au nord de Londres à la recherche d'un nouveau départ dans la vie, que j'ai finalement trouvé. J'ai commencé une nouvelle relation dans un nouvel endroit et j'avais un nouvel emploi et ma vie semblait aller de mieux en mieux. Cependant, j'ai aussi commencé à remarquer que les tremblements intermittents dans la main gauche étaient maintenant devenus un tremblement plus perceptible de la main droite et du pied gauche, ce qui est devenu encore plus important dès que je me sentais stressé.

Après avoir passé plusieurs années à ne pas savoir ce que pouvait être ce tremblement qui se détériorait progressivement, j'ai décidé d'essayer de trouver de l'aide, je suis allé voir mon médecin généraliste qui m'a envoyé au département de neurologie de l'Hôpital général Barnet. C'était autour de 2005.
À la fin de ce rendez-vous, le médecin m'a dit qu'à son avis, mon tremblement progressif n'était rien de plus qu'une "habitude acquise" et qu'il ne pensait rien pouvoir faire pour moi et me recommandait soit du Tai chi ou la méditation.
Et ainsi, pendant les quelques années qui ont suivi, j'ai vu mes tremblements s'aggraver progressivement et ma confiance en moi et mon estime de moi diminuer.

En 2010, j'ai de nouveau décidé de retourner chez mon médecin généraliste et de demander de l'aide. À ce moment, il m'a encore renvoyé au service de neurologie de l'Hôpital général Barnet, où je me suis rendu quelques semaines plus tard. Un neurologue a pris rendez-vous pour me faire passer deux scanners du cerveau. L’un était un IRM, l’autre était un Dat scan un colorant radioactif injecté dans votre sang, puis un scanner du cerveau permettant de déterminer si certaines zones du cerveau étaient concernées et fonctionnent comme elles le devraient.
J'ai eu les scans en temps voulu puis j'ai attendu les résultats.
Quelques semaines plus tard, le neurologue me rappelait à l'hôpital. D'après les résultats de l'analyse que nous examinions tous les deux, et aussi basé sur son expérience, il me dit que je souffrais de la maladie de Parkinson et que je l'avais probablement depuis au moins dix ans. Il m'a alors prescrit un médicament appelé Ropinerole dont il voulait que j'augmente progressivement la dose jusqu'à 9 mg par jour.
Je le remerciai et quittai l'hôpital dans un état de confiance retrouvée. OUI, j'avais la maladie de Parkinson, mais maintenant, je savais aussi pourquoi j'avais les tremblements. Dans ma tête, là où il y a des réponses, il y a aussi des solutions!

Je suis revenu chez la femme avec laquelle je vivais en couple depuis huit ans et je lui ai dit franchement quelque chose du genre: «eh bien, c'est confirmé que j'ai la maladie de Parkinson, mais au moins, maintenant, je peux faire quelque chose».  Dès le lendemain, elle a dit qu'elle voulait que nous arrêtions notre relation parce qu'elle ne voulait pas être avec quelqu'un qu'elle devrait pousser dans un fauteuil roulant.
Mais quelque chose en moi savait non seulement, mais était tout à fait convaincu que, quels que soient les résultats de l’analyse, je n’avais pas de MP et que c’était seulement une expérience distincte de moi et quelque chose que j’avais choisi d’apprendre et que j’apprendrais un jour comment ne pas l'avoir et ça partirait. Cependant, j'ai commencé à prendre le Ropinerole jusqu'à un maximum de 3 mg par jour, mais seulement pendant une brève période avant de me laisser guider intuitivement par mon savoir intérieur et de commencer à me sevrer des médicaments.

Étonnamment, et comme par magie, dès que le processus de sevrage a commencé, mes tremblements ont également été moins perceptibles, mais cela n'a pas duré plus de deux mois et alors que ma relation (nous n'avions pas rompu) est devenue plus stressante, mon expérience des tremblements a également augmenté et s'est intensifiée.
Je tremblais maintenant si je restais plus d'une minute ou deux dans la file d'attente des caisses de supermarchés, dans le bus, le train ou en général. Je perdais plus souvent mon équilibre et basculais vers la gauche. Mon écriture s'altérait, je développais un syndrome des jambes sans repos lorsque j'essayais de dormir la nuit, je tombais en arrière dans le bain en endommageant le bas de ma colonne vertébrale, j'avais des difficultés pour marcher, une raideur de la nuque, une perte des odeurs, des crises de panique et d’anxiété, etc. .

Ça a été des jours très sombres sans aucune lumière visible au bout d'un tunnel, à l'exception de celle à laquelle je m'accrochai fermement: indépendamment de ce qui se passait, je savais que ce n'était qu'une expérience que je vivais et qu'ensuite, je serais guidé par l’intuition et aussi par des essais et des erreurs pour explorer différentes stratégies de récupération (opposées au "traitement conventionnel").

Alors que je commençais à partager ces idées avec d’autres, j’ai été accueilli par une vague de réactions négatives telles que «Tu as la maladie de Parkinson, accepte-la, arrête de vivre dans le déni et prend juste tes médicaments». (Cela venait de mon plus jeune frère qui a la maladie de Parkinson et qui s’y identifie, et que j’ai échoué à guider dans son propre rétablissement en raison de sa réticence à tenter ma démarche).

D'autres m'assénaient : «Tes tremblements ont empiré (c'est ce qui me disait ma mère à plusieurs reprises)« Tu trembles » et ensuite, je cachais mes mains sous la table lorsque nous étions avec ses amis (y compris la femme avec laquelle je vivais). La liste continuait, mais quel est l'avantage de rester dans le négatif ? cela n''aide personne, ni vous, ni moi. Et ce qui est étonnant (ou peut-être pas si étonnant), c’est que mon rétablissement devenant plus évident, les gens avec leurs commentaires négatifs ont eu progressivement moins à dire sur le sujet.

Alors, quelles stratégies ai-je employées?

Il y a eu l'irrigation du côlon, un caisson d'isolation sensorielle, l'acupuncture, tout cela n'a pas du tout fonctionné pour moi. Mais la seule chose dont j'étais sûr, c'est que mon corps physique était très probablement pollué et je me suis donc lancé dans de nombreuses recherches sur Internet afin de trouver des solutions pour inverser cette tendance et pour m'offrir un meilleur endroit depuis lequel récupérer.

En outre, il y a quelque 35 ans, j'étais un culturiste aussi fort qu'un taureau et un carnivore confirmé, comme le prouvent les détails suivants de mon régime alimentaire. La plupart du temps, je mangeais et buvais quotidiennement entre 20 et 25 œufs, je mangeais 2 poitrines de poulet, 1 ou 2 boîtes de thon et je buvais des protéines en poudre mélangées à du lait écrémé. À d'autres occasions, je mangeais 1 ou 2 cuisses de dinde ou quelques steaks. Chaque jour, j'avalais aussi 99 comprimés de vitamines et de minéraux différents et, croyez-le ou non, je n'ai même jamais attrapé un rhume et si j'étais touché par un virus, il frappait fort et passait vite.
Le problème vient avec tout ce que j'ai mangé, c’est que tout était chargé de pesticides, de produits pharmaceutiques et d’autres polluants (sans parler du stress imprégnant la chair des animaux abattus) qui ne sont tout simplement pas naturels pour le corps et ainsi nos systèmes s’obstruent. se bloquent et finalement arrêtent de fonctionner. (mon commentaire : on se demande si il n'en rajoute pas un peu quand même !!)


Dans le passé, j'ai aussi fumé (j'ai commencé à l'âge de 9 ou 10 ans) et adolescent, je buvais excessivement et souvent, chaque week-end en réalité.

Alors, qu'est-ce que j'ai fait maintenant, ce qui m'a officiellement guéri de MP?

Je ne fume pas Je ne mange pas de viande ni de poulet (! - le poulet n'est pas de la viande selon lui ? ) mais mange encore de temps en temps du poisson. Au début de ma convalescence, je ne mangeais ni œufs ni fromage et je n'ai recommencé à en manger que récemment. Je ne bois pas de lait et je ne mange pas d'aliments préparés en magasin, car ils contiennent sans aucun doute des conservateurs, des pesticides, des toxines et des polluants.

Je ne bois que de temps en temps (le vin rouge et la Guinness ne sont pas ajoutés dans le même verre). (!!!, c'est de l'humour anglais ?).

Je mange des amandes fraîches, des arachides fraîches, des noix de Grenoble, des lentilles, fraîches ou en conserve. Haricots encore frais ou en conserve. Soja haché, pâtes biologiques, riz brun, légumes (mais pas souvent), fruits, beaucoup de jus d'orange frais et beaucoup de smoothies aux fruits.
Plus important encore, chaque jour, je bois 2 ou 3 tasses de thé vert, le dernier étant avant mon sommeil de la nuit. Je bois l'équivalent d'un coquetier d'huile de noix de coco réchauffée au micro-ondes et je bois également 10cl de vinaigre de cidre dans de l'eau tiède. De plus, boire de l'eau tiède est un très bon moyen de désintoxiquer le système nerveux.
Les autres choses importantes que je mange sont les betteraves, les bananes et une cuillerée de pâte de curcuma dans les aliments. Pour renforcer le pouvoir de guérison de la pâte de curcuma, mélangez-y une bonne portion de poivre noir.

Je prends également 3 comprimés multivitaminiques et minéraux, 1 vitamine C (1500 mg), 4 comprimés de magnésium, 4 comprimés de zinc, 4 gélules de lécithine de soja (1200 mg), 3 comprimés de "choline inosital" et environ 8 - 10 comprimés de kelp (varech).
Et enfin, apprenez une méditation simple que vous pratiquerez souvent. Je suis également plusieurs fois par semaine l'enseignant de Qi Gong sur YouTube suivant: Ajahn Suthep enseigne le Qi Gong (en version intégrale), cela dure une heure et en vaut la peine. (https://www.youtube.com/watch?v=nkk6ya8RyXY)
Enfin, enfin - PRENEZ BEAUCOUP DE SOMMEIL RÉPARATEUR… Oh, et n'oubliez pas de peler les légumes que vous mangez, car ils contiennent des pesticides.

Ce qui suit est un paragraphe de la lettre que j'ai reçue du département de neurologie de l'hôpital général Barnet. La lettre est datée du 17/11/2015 et fait référence à mon rendez-vous avec eux du 12/11/2015:
«Son récent DaT scan de cette année a montré à nouveau une absorption réduite chez les deux putamen. J'ai discuté de ce résultat avec mes collègues consultants qui ont indiqué que si son examen est anormal et que nous ne pouvons pas affirmer qu'il ne développera jamais la maladie de Parkinson, le plus important est qu'il n'existe aucune caractéristique clinique actuelle en rapport avec ce diagnostic. Par conséquent, le traitement devrait être axé sur la gestion de son anxiété ». Ce qui, dans l’ensemble, me semble être un compromis assez satisfaisant.

En suivant mon intuition de comprendre que la vie n’est qu’une série d’expériences que nous vivons et qu’elles ne sont pas nous, mais sont tout à fait séparées de nous et en désintoxiquant mon véhicule physique grâce à la discipline et à l’alimentation, je suis passée définitivement de la maladie à une maladie bénigne, puis à un tremblement essentiel bénin pour enfin arriver à la guérison.

Suis-je guéri de l'expérience de la MP? NON. Mais j'en ai récupéré près de 100%, mais la récupération est un travail de pratique constant. Ces derniers temps, je ne suis pas si discipliné au point de manger tous les jours des aliments générant de la dopamine, en fait, certains jours, je n'en mange presque pas - tout dépend de ma paresse, mais je ne prends pas mon rétablissement pour acquis, car ce serait tout simplement stupide.

Je sais que mon processus a fonctionné et continue de fonctionner pour moi. Tout ce que je peux vous dire concernant votre propre rétablissement, c'est de l'essayer vous-même, mais si vous le faites, ne faites pas quelque chose de différent en espérant les mêmes résultats car je n'ai pas trouvé de raccourcis.
Ce n’est pas une solution miracle de Magic Bullet en 5 minutes, c’est une discipline, un engagement et une concentration inébranlable dans cette tâche. Attendez-vous à des moments sombres, car vous en ferez l'expérience. Des moments de doute et peut-être même de dépression, mais croyez-moi, accrochez-vous à votre connaissance intérieure qu'il ne s'agit que d'une expérience que vous vivez, rien de plus, rien de moins.

Croyez cela dans votre moi intérieur. Ne vous permettez pas de vous identifier à l'expérience de la MP et à un moment donné, vous commencerez à prendre conscience des changements positifs qui se produisent.

De plus, je vous exhorte vivement à commencer à tenir un journal quotidien pour enregistrer les informations puis, de temps à autre, prenez le temps de le relire. Progressivement, vous serez étonné de la distance parcourue.
Eh bien, mes compagnons de voyage, c’est tout. C’est pourquoi je termine en partageant la bonté avec vous tous.
David


Dernière édition par sandra le 13/12/18, 11:17 am, édité 2 fois

sandra
Administrateur

Messages : 101
Date d'inscription : 16/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Thomson

Message par sandra le 11/12/18, 03:13 pm

Mon commentaire : quand on voit ce qu'il continue à prendre et comment il a mangé dans le passé, il est la démonstration vivante de l'action du psychisme sur le corps ! Très intéressant sa conviction qu'il vit une expérience, qu'il n'est pas identifié à la maladie.

sandra
Administrateur

Messages : 101
Date d'inscription : 16/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Thomson

Message par Mimi le 12/12/18, 11:38 am

Génial, merci Sandra !
(Lire aussi les commentaires -je me sers de google-traduction Wink ) il y a même son contact-mail.

Sinon, le blog de Fred Philips ( https://fredphillips.wordpress.com ) est une mine. Je sens qu'on va en reparler !
avatar
Mimi
Administrateur

Messages : 109
Date d'inscription : 05/03/2017
Age : 55
Localisation : Provence

http://parkinsonailleurs.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: David Thomson

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum