anipassion.com

les études cliniques sur le cannabis/Parkinson

Aller en bas

les études cliniques sur le cannabis/Parkinson

Message par sandra le 03/10/18, 09:12 pm

Source : Norml France
https://www.norml.fr/sante-prevention-rdr/portail-professionnels-de-sante/etudes-cliniques-et-precliniques/


Des données d’études rapportent que des patients atteints de Parkinson déclarent que le cannabis est hautement efficace pour atténuer les symptômes de la maladie, particulièrement dans le traitement des symptômes non moteurs.[1-3] Les données observationnelles confirment ces affirmations. Des chercheurs de l’Université de Tel-Aviv, Département de neurologie, ont évalué les symptômes de la maladie de Parkinson chez 22 patients, avant et 30 minutes après avoir inhalé du cannabis. Dans l’un des essais, les chercheurs ont rapporté que l’inhalation de cannabis était associée avec « des améliorations significatives, après le traitement, dans les tremblements, la rigidité et la bradykinésie (ralentissement des mouvements). Aucun effet indésirable significatif de la substance ne furent observés ».[4] Dans un autre essai, les chercheurs ont constaté que l’inhalation de cannabis – autant à court qu’à long-terme – était associée avec un soulagement de la douleur amélioré.[5]  : « Cette étude ouvre la voie à d’autres stratégies de traitement de la maladie de Parkinson, spécialement chez les patients résistants aux médications usuelles. »

Séparément, dans un essai d’observation rétrospectif, les chercheurs ont évalué l’utilisation quotidienne de cannabis chez 47 patients atteints de Parkinson sur une période de plusieurs mois (allant de trois mois à 84 mois). La plupart (82%) des patients ont rapporté que le cannabis médical « améliorait leurs symptômes globaux ». Plus précisément, l’administration de cannabis était associée à une réduction des douleurs, de la raideur et des tremblements ainsi qu’à une amélioration de l’humeur et de la qualité du sommeil. Les participants étaient également moins susceptibles de déclarer avoir souffert de chutes après avoir commencé à consommer du cannabis. Les auteurs concluent: « Les résultats de notre étude démontrent que la plupart des utilisateurs avaient trouvé que le cannabis médical améliorait leur condition, et que ce traitement était sûr, sans effets secondaires majeurs. » [6]

L’administration de cannabinoïdes isolés pourrait aussi contrer divers symptômes de Parkinson. Selon une série de synthèses de cas publiées en 2014 dans le Journal of Clinical Pharmacy and Therapeutics, un traitement quotidien au cannabidiol réduisait les symptômes du trouble du sommeil paradoxal (RBD – mouvements oculaires rapides) chez les patients souffrant de Parkinson.[7] Par la suite, des données cliniques contrôlées contre placebo indiquent que l’administration de CBD est associée à une amélioration de la « qualité de vie » et du « bien-être »  des patients parkinsoniens.[8] Le composé a aussi démontré qu’il atténuait les symptômes psychotiques des patients atteints de la maladie.[9]

Par conséquent, quelques experts dans ce domaine supposent maintenant que « divers cannabinoïdes ou autres composés ciblant le système cannabinoïde endogène pourraient se montrer utiles pour le traitement des symptômes de la maladie de Parkinson »[10]

Bibliographie / Références

[1] Finseth et al. 2015. Self-reported efficacy of cannabis and other complementary medicine modalities by Parkinson’s disease patients in Colorado. Evidence‐Based Complementary and Alternative Medicine. In Print. (Efficacité auto-déclarée du cannabis et d’autres modalités de [traitement par des] médecines complémentaires par des patients atteints de la maladie de Parkinson au Colorado)

[2] Venderova et al. 2002. Survey on cannabis use in Parkinson’s disease: Subjective improvement of motor symptoms. Movement Disorders 19: 1102‐1106. (Enquête sur l’utilisation de cannabis dans la maladie de Parkinson: Améliorations subjectives des symptômes moteurs)

[3] Kindred et al. 2017. Cannabis use in people with Parkinson’s disease and multiple sclerosis: A web-based investigation. Complimentary Therapies in Medicine 33: 99-104.

[4] Lotan et al. 2014. Cannabis (medical marijuana) treatment for motor and non-motor symptoms of Parkinson disease: an open-label observational study. Clinical Neuropharmacology 37: 41‐44.
(Le cannabis médical comme traitement des symptômes moteurs et non-moteurs de la maladie de Parkinson: Une étude observationnelle ouverte)

[5] Shohet et al. 2017. Effect of medical cannabis on thermal quantitative measurements of pain in patients with Parkinson’s disease. European Journal of Pain 3: 486-493.

[6] Balash et al. 2017. Medical cannabis in Parkinson’s disease: Real life patients’ experience. Clinical Neuropharmacology [online ahead of print].

[7] Chagas et al. 2014. Cannabidiol can improve complex sleep-related behaviours associated with rapid eye movement sleep behaviour disorder in Parkinson’s disease patients: a case series. Journal of Clinical Pharmacy and Therapeutics 39: 564‐566. (Le cannabidiol peut améliorer les comportements somnambuliques complexes associés aux mouvements oculaires rapides (trouble du sommeil paradoxal) dans la maladie de Parkinson)

[8] Chagas et al. 2014. Effects of cannabidiol in the treatment of patients with Parkinson’s disease: an exploratory double-blind trial Journal of Psychopharmacology 28: 1088‐1098.
(Effets du cannabidiol dans le traitement de patients souffrant de la maladie de Parkinson: un essai exploratoire en double aveugle)

[9] Zuardi et al. 2009. Cannabidiol for the treatment of psychosis in Parkinson’s disease. Journal of Psychopharmacology 23: 979‐983. (Le cannabidiol pour le traitement des psychoses dans la maladie de Parkinson)

[10] Venderova et al. 2002. Op. cit.

sandra
Administrateur

Messages : 101
Date d'inscription : 16/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Cannabis suite

Message par jean claude Prévost le 20/11/18, 06:53 pm

En effets j'ai eu l'occasion de lire plusieurs témoignages des biens fait du cannabis sur les symptômes de la maladie de parkinson.
Des cas isolés dont un, qui prenait le cannabis "vendu sous le manteau" avec toutes les autres risques en rapports de la loi et plus d'oxydation sur son cerveau ,ce qui amplifie le problème général pour lequel le sujet veut se soulager. Mais il évoquait un confort nouveau de son existence mais devait "tirer" régulièrement sa "taff".

D'autres avec le cannabis médical par patch, avaient complétement fait disparaitre leurs effets secondaires.(un test au canada ou suède je ne sais plus)
Mais attention rien n'est simple pour le cerveau puisqu'il est compliqué par nature.

C'est une piste pour la recherche puisque la nicotine remplie bien son rôle. Mais le problème majeur à redouter est celui de l'addiction. Ce sont les même récepteurs que toutes opiacées , morphine, opium, coca et l'alcool etc.
La différence est de taille pour stimuler les neurones dopaminergiques pour la transformation et la stimulation de cette substance la dopamine. Toutes ces drogues convergent vers un lieu commun du cerveau, le noyau accumbens (ou striatum ventral) à cette libération de dopamine dans la partie latérale (le shell) est associée à une sensation de plaisir qui reproduit celle éprouvée par la prise d'une nourriture, de l'eau quand on a soif ou l'orgasme" copulatoire". Pour dire que l'effet produit est pratiquement excessif, c'est la récompense cérébral. Dans ces circonstances survient une intensification de la transmission dopaminergique, c'est donc un plaisir extrême qui fait suite après l'effet magique, un manque, une frustration, la baisse de concentration synaptique de dopamine, avec risque de dépression qui invite a renouveler la prise tyrannique de la drogue.
Je pense que les chercheurs ont encore du travail afin de cibler à dose infime et les bons récepteurs pour ne pas tomber dans ce travers de pharmacodépendance.
Voici donc mon point de vue, ou je me suis documenté car il était facile de penser : mais oui bien sur ! pourquoi ne pas l' avoir prescrit plus tôt !.

Je pense aussi que "l'affaire" service neurologique hôpital Mondor" avec les testes de patches nicotiniques qui ont été critiqué et arrêté par la ministre de l'époque pour peut être toutes ces raisons, un peu aussi pour ouvrir le parapluie à précaution, or, la nicotine à fait ses preuves...
Bien à vous, Jean-Claude-André Prévost.

jean claude Prévost

Messages : 17
Date d'inscription : 02/08/2018
Age : 71
Localisation : La Ciotat

Revenir en haut Aller en bas

Re: les études cliniques sur le cannabis/Parkinson

Message par sandra le 21/11/18, 10:19 am

Bonjour à toutes et tous,

Une précision préalable : l'assoc Norml recommande la prise de cannabis décarboxylé par ingestion et non en fumant un joint, voir leur site

une autre contribution sur les recherches sur le sujet :

Extraits de l'article de Nishi Whitely du 12 juillet 2017
https://www.projectcbd.org/science/cannabis-pharmacology/cbd-and-parkinsons-disease

Le Cannabis et la maladie de Parkinson
Le système endocannabinoïde et le déséquilibre digestif jouent un rôle majeur dans la maladie de Parkinson. Les recherches sur le CBD, le THC et le THCV ont démontré que la médecine du cannabis peut aider à gérer les symptômes de la maladie de Parkinson.

Points forts:
• Le système endocannabinoïde joue un rôle majeur dans la maladie de Parkinson (MP).
• MP est associée à une altération du contrôle moteur après la perte de 60 à 80% des neurones producteurs de dopamine dans une région critique du cerveau.
• Le déséquilibre digestif peut jouer un rôle dans l'avancement de la MP et la sévérité des symptômes.
• Les cannabinoïdes ont des propriétés neuroprotectrices, anti-oxydantes et anti-inflammatoires qui peuvent être bénéfiques pour la gestion de la maladie de Parkinson .
• Diverses combinaisons de CBD, THC et THCV peuvent soulager les symptômes de la maladie de Parkinson.

Les patients dont la maladie est diagnostiquée à un stade précoce ont une meilleure chance de ralentir la progression de la maladie. L'approche la plus courante pour traiter la MP est la prise orale de L-dopa, le précurseur chimique de la dopamine. Mais chez certains patients, l'utilisation à long terme de L-dopa aggravera les symptômes de la maladie de Parkinson. Malheureusement, il n'y a pas de remède - pour l'instant.
Les produits thérapeutiques au cannabis peuvent également aider à gérer les symptômes de la MP et à ralentir la progression de la maladie. Sir William Gowers, neurologue réputé, a été le premier à mentionner le cannabis comme traitement des tremblements en 1888. Dans son Manuel des maladies du système nerveux , Grower a noté que la consommation orale d'un extrait de chanvre indien atténuait les tremblements temporairement et après un an de usage chronique les tremblements du patient avaient presque cessé.

La recherche scientifique moderne soutient la notion que le cannabis pourrait être bénéfique dans la réduction de l'inflammation et l'atténuation des symptômes de la MP, ainsi que dans l'atténuation de la progression de la maladie dans une certaine mesure. Des études précliniques financées par le gouvernement fédéral ont montré les propriétés antioxydantes et neuroprotectrices du CBD et du THC avec «des applications particulières ... dans le traitement des maladies neurodégénératives, telles que la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson et la démence VIH ». Publiées en 1998, ces découvertes sont à la base d'un brevet du gouvernement américain sur les cannabinoïdes comme antioxydants et neuroprotecteurs.

Potentialités pour la maladie de Parkinson
Bien que les études cliniques axées spécifiquement sur l'utilisation des cannabinoïdes végétaux pour traiter la MP soient limitées (en raison de l'interdiction de la marijuana) et donnent des résultats contradictoires, elles donnent un aperçu de la façon dont le cannabis peut aider les personnes atteintes de la maladie. Le cannabidiol, le THC et en particulier le THCV ont tous montré une promesse thérapeutique suffisante pour la maladie de Parkinson dans les études précliniques pour justifier une investigation plus poussée. Des recherches supplémentaires pourraient faire toute la lumière sur les végétaux cannabinoïdes, ou une combinaison de ceux-ci, qui soit le plus approprié pour les différents stades de la maladie de Parkinson.

Les témoignages anecdotiques de patients atteints de la maladie de Parkinson utilisant des préparations artisanales de cannabis indiquent que les acides cannabinoïdes (présents dans les produits de cannabis de plantes entières non chauffées) peuvent réduire les tremblements de la maladie de Parkinson et d'autres symptômes moteurs. Les acides cannabinoïdes bruts (comme le CBDA et le THCA ) sont les précurseurs chimiques des cannabinoïdes neutres «activés» (CBD, THC). Les acides cannabinoïdes deviennent des composés cannabinoïdes neutres grâce à un processus appelé décarboxylation, où ils perdent leur groupe carboxyle par vieillissement ou chaleur. La recherche minimale s'est concentrée sur les acides cannabinoïdes, mais les preuves jusqu'à présent suggèrent que le THCA et le CBDA ont des attributs thérapeutiques puissants, y compris des propriétés anti-inflammatoires, anti-nausées, anti-cancer et anti-attaque. Dans une enquête de 2004 sur l'usage de cannabis chez les patients du "Prague Movement Disorder Centre" en République tchèque, 45% des personnes interrogées ont rapporté une amélioration des symptômes moteurs de la maladie de Parkinson

Les cliniciens du cannabis constatent que les dosages posologiques de la marijuana médicale pour les patients atteints de MP ne se conforment pas à une approche unique. Dans son livre Cannabis Revealed (2016), le Dr Bonni Goldstein a expliqué comment la réponse d'un patient MP au cannabis et au cannabis thérapeutique peut varier:
"Un certain nombre de mes patients atteints de MP ont signalé les avantages de l'utilisation de différentes méthodes d'administration et de différents profils de cannabinoïdes. Certains patients ont trouvé un soulagement des tremblements avec du THC inhalé et d'autres pas. Quelques patients ont trouvé un soulagement avec de fortes doses de cannabis riche en CBD prises par voie sublinguale. Certains patients utilisent une combinaison de CBD et de THC ... Des essais et des erreurs sont nécessaires pour trouver le profil et la méthode des cannabinoïdes qui fonctionnent le mieux. Il est recommandé de commencer par de faibles doses, surtout avec du cannabis riche en THC. Malheureusement, les variétés riches en THCV ne sont pas facilement disponibles. "
Juan Sanchez-Ramos MD, Ph.D., chef de file dans le domaine des troubles du mouvement et directeur médical de la Parkinson Research Foundation , a déclaré au Projet CBD qu'il encourage ses patients à commencer, s'ils peuvent l'obtenir, avec un ratio THC : CBD 1: 1.
Dans un chapitre sur les «Cannabinoïdes pour le traitement des troubles du mouvement», Briony Catlow, Ph.D., et son coauteur, décrivent le protocole posologique utilisé pour diverses études de recherche qui ont fourni des résultats statistiquement positifs et une base posologique pour la MP . Ces données ont été incluses dans un résumé des schémas posologiques de diverses études compilées par le Dr Ethan Russo:
• 300 mg / jour de CBD ont significativement amélioré la qualité de vie mais n'ont eu aucun effet positif sur l'échelle d'évaluation unifiée de la maladie de Parkinson. (Lotan I, 2014)
• 0,5 g de cannabis fumé a entraîné une amélioration significative des tremblements et de la bradykinésie ainsi que du sommeil. (Venderová K, 2004)
• 150 mg d'huile de CBD titrée pendant quatre semaines ont entraîné une diminution des symptômes psychotiques. (Chagas MH, 2014)
• 75-300 mg de CBD oral ont amélioré les troubles du sommeil. (Zuardi AW , 2009)
Une dose seuil
Bien sûr, chaque patient est différent et la thérapeutique du cannabis est une médecine personnalisée. D'une manière générale, une combinaison thérapeutique optimale comprendra un mélange synergique de quantités variables de CBD et de THC - bien que les patients MP souffrant de troubles du sommeil puissent bénéficier d'un rapport THC plus élevé la nuit.
Le Dr Russo offre des conseils judicieux aux patients atteints de la maladie de Parkinson et d'autres maladies chroniques qui envisagent une thérapie au cannabis. «En général», suggère-t-il, «2,5 mg de THC est une dose seuil pour la plupart des patients sans tolérance préalable à ses effets, alors que 5 mg est une dose qui peut être cliniquement efficace par une administration unique et généralement acceptable.
10 mg est une dose importante, qui peut être trop élevée pour les sujets "naïfs" et même expérimentés. Ces chiffres peuvent être légèrement révisés à la hausse si la préparation contient un contenu significatif en CBD ... Il est toujours recommandé de commencer à très faible dose et de monter lentement vers le haut. "

Modifications du mode de vie pour les patients atteints de MP

Il est important de traiter le patient dans son ensemble - esprit, corps et âme. Voici quelques modifications au mode de vie qui peuvent soulager les symptômes de MP et améliorer la qualité de vie.
• Faire de l'exercice cardio-aérobique: Cela profite à l'organisme de plusieurs façons, notamment en stimulant la production d'endocannabinoïdes, en augmentant l'oxygène dans l'approvisionnement sanguin, en atténuant l'impact négatif du stress oxydatif et en stimulant la production de BDNF, un protecteur chimique du cerveau qui se trouver être faible chez les patients parkinsoniens .
• Mangez plus de fruits et de légumes: La majorité des patients atteints de la maladie de Parkinson souffrent de constipation chronique. Une alimentation riche en fibres peut être utile pour améliorer la motilité intestinale et faciliter les selles quotidiennes.
• Obtenez un sommeil réparateur: Ne pas obtenir un bon sommeil peut nuire à la fonction immunitaire, à la cognition et à la qualité de vie. L'importance d'un sommeil réparateur adéquat ne peut être suffisamment soulignée.
• Réduire la consommation de protéines - Cela peut aider à réduire l'accumulation de corps protéiques qui se traduisent par des corps de Lewy qui apparaissent dans le système nerveux entérique et le système nerveux central et augmentent l'absorption de L-dopa.
• Pratiquer la méditation, le yoga ou le tai-chi: L'accent mis sur l'intégration du mouvement et de la respiration améliore non seulement la mobilité, mais améliore également la cognition et l'immunité. Une étude a montré une augmentation de la densité de la matière grise dans les zones du cerveau associées à la maladie de Parkinson . Un autre a montré que le yoga améliorait l'équilibre, la souplesse, la posture et la démarche chez les patients parkinsoniens . La recherche montre que le tai-chi peut améliorer l'équilibre, la démarche, la mobilité fonctionnelle et le bien-être général.
• Consommer des aliments probiotiques et des suppléments: Les aliments probiotiques - ail cru, oignons crus, bananes, asperges, ignames, choucroute, etc. - sont une excellente source pour les bonnes bactéries dans votre gros intestin. Augmenter dans son alimentation des suppléments de probiotiques, en particulier après avoir pris des antibiotiques, peut soutenir le système immunitaire en aidant à repeupler le tractus digestif supérieur de bactéries bénéfiques.
• Boire du café: Le risque de maladie de Parkinson est considérablement plus faible chez les hommes qui consomment du café tous les jours.
Nishi Whiteley, associée de recherche du projet CBD et écrivaine contributrice, est l'auteure de Chronic Relief: A Guide to Cannabis for the Terminally and Chronically Ill (2016) .
Droit d'auteur, projet CBD . Ne peut pas être réimprimé sans permission.

Sources
• Abrams, D. (2010, hiver). Le cannabis dans la douleur et les soins palliatifs. The Pain Practitioner, pp. 35-45.
• AC Howlett, FB (2002). Union internationale de pharmacologie. XXVII . Classification des receptros de cannabionid. Examens pharmacologiques, 161-202.
• Aidan J. Hampson, JA (2003). Brevet des Etats-Unis d' Amérique n ° 6 630 507.
• Barbara A. Pickut, WV (2013). L'intervention basée sur la pleine conscience dans la maladie de Parkinson conduit à des changements structurels du cerveau à l' IRM Une étude longitudinale randomisée. Neurologie clinique et neurochirurgie, 2419-2425.
• Birony Catlow, JS-R. (2015). Cannabinoïdes pour le traitement des troubles du mouvement. Options de traitement actuelles en neurologie.
• C Garcia, CP-G.-A.-R. (2011). Effets de soulagement des symptômes et de neuroprotection du phytocannabinoïde Δ9 - THCV dans des modèles animaux de la maladie de Parkinson. British Journal of Pharmacology, 1495-1506.
• Chagas MH , ZA-P. (2014). Effets du cannabidiol dans le traitement des patients atteints de la maladie de Parkinson: un essai exploratoire en double aveugle. Journal de la psychopharmacologie, 1088-98.
• David N. Hauser, TG (2013). Dysfonction mitochondriale et stress oxydatif dans la maladie de Parkinson et le parkinsonisme monogénique. Neurobiologie de la maladie, 35-42.
• David Perlmutter, M. (2015). Ventre et cerveau en feu. Dans M. David Perlmutter, Brain Maker (pages 49-70). New York: Little, Brown et Compagnie.
• Fondation, NP (2017, 19 juin). Qu'est-ce que la maladie de Parkinson. Récupéré de la National Parkinson's Foundation: http://www.parkinson.org/understanding-parkinsons/what-is-parkinsons
• Fondation, PD (2017, 6 21). Statistiques de Parkinson. Récupéré de la Parkinson's Disease Foundation: http://www.pdf.org/parkinson_statistics
• Goldstein, B. (2016). Les maladies de Parkinson. Dans B. Goldstein, Cannabis Revealed (pages 206-208). Bonni Goldstein.
• L. Klingelhoefer, HR (2017). Hypothèse de l'ascension dans la maladie de Parkinson idiopathique. Neurologie Intereatnional, E28 -35.
• Leonard L. Sokol, MJ (2016). Lettre à l'éditeur: Optimisme prudent: la caféine et le risque de maladie de Parkinson. Journal of Clinical Movement Disorders, pp. 3-7.
• Lisa Klingelhoefer, HR (2015). Pahtogenesis de la maladie de Parkinson - l'axe intestin-cerveau et les facteurs environnementaux. Nature, 625-636.
• Lotan I, TT (2014). Traitement au cannabis (marijuana médicale) contre les symptômes moteurs et non moteurs de la maladie de Parkinson. Clin Neuropharmacol, 37 (2) -41-4.
• Madeleine E. Hackney1 et Gammon M. Earhart1, 2. (2008). Tai Chi améliore l'équilibre et la mobilité chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Démarche et posture, 456-460.
• Institut national de la santé. (2017). Projet du microbiome humain du NIH . Récupéré du projet NIH Human Microbiome: http://hmpdacc.org
• Pal Pacher, SB (2006). Le système endocannabinoïde en tant que cible émergente. Revues pharmacologiques, 389-462.
• Parker, RM (2013). Le système endocannabinoïde et le cerveau. La Revue annuelle de psychologie, 21-47.
• Paula Perez-Pardo, TK (2017). L'axe intestin-cerveau dans la maladie de Parkinson: Possibilités de thérapies alimentaires. European Journal of Pharmacology, http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/ S0014299917303734 .
• Perlmutter, D. (2015). Brain Maker. New York: Little, Brown et Compagnie.
• Russo, E. (2011). Apprivoiser le THC : synergie potentielle du cannabis et effets de l'entourage phytocannabinoïde-terpénoïde. British Journal of Pharmacology, 1344-64.
• Russo, EB (2015). État actuel et futur de la recherche sur le cannabis Chercheur clinique, 58-63.
• Russo, EB (2015, janvier). Introduction au système endocannabinoïde. Récupérée de Phytecs.com: http ://www.phytecs.com/wp-content/uploads/2015/02/Russo-Introduction-to-...
• Russo, EB (2016). L'usage médical du cannabis et des cannabinoïdes dans la maladie de Parkinson. Récupéré de la page de réponse: https://www.theanswerpage.com/
• Schecter, GL (2010). Le système Endocannabniond. Dans J. Holland, The Pot Book (p. 52-62). Rochester, Vermont: Park Street Press.
• Venderová K, RE (2004). Enquête sur l'usage de cannabis dans la maladie de Parkinson: amélioration subjective des symptômes moteurs. Trouble du mouvement, 1102-6.
• Yevonne Searls Carlgrove, N.-É. (2012). Effet du yoga sur la fonction motrice chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinosn: Une étude Piolot contrôlée randomisée. Yoga et thérapie physique.
• Yudowski, DA (2017). Les Récepteurs Cannabinoïdes Dans Le Système Nerveux Central: Leur Signalisation Et Rôles Dans La Maladie. Frontiers in Cellular Nueroscience, article 294.
• Zuardi AW , CJ (2009). Cannabidiol pour le traitement de la psychose dans la maladie de Parkinson. Journal de la psychopharmacologie, 979-83.

sandra
Administrateur

Messages : 101
Date d'inscription : 16/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: les études cliniques sur le cannabis/Parkinson

Message par jean claude Prévost le 21/11/18, 11:22 am

Réduire sa  consommation de protéines  n'est pas en rapport d'une baisse protéiques qui se traduisent en corps de Lewy. Il y aura autant de synucléine dans le cerveau d'un végétalien, et heureusement pour lui.
 C'est l'effet d'une mutation de la protéine a-synucléine qui est normalement présente en abondance dans le cerveau où elle joue un rôle majeur intracellulaire. Un gêne qui devait être protecteur LRRK 2 ( pour les spécialistes) contre les effets environnementaux. Les effets toxiques délétères auraient créé ce dérèglement et seraient en partie responsables de cette mutation clairement dégénérative. Des travaux sont en cours pour s'opposer à la formation de ces agrégats.
    Supprimer la viande rouge , oui c'est bénéfique car oxydante pour  le cerveau surtout si elle est grillée (molécule de Maillard) Et l'excès de fer est mauvais également pour les mitochondries qui en meurent comme avec l'excès de calcium ( fonctionnant comme un moteur de formule 1 au maximum de tour moteur jusqu'à l'usure et la casse). Nous avons besoin de protéines, animal ou végétal.

Le café. En fait pour faire simple la caféine est un stimulant comme la nicotine etc. expliqué dans le commentaire Cannabis. C'est pour cette raison qui agit en masquant le début d'un syndrome  d'un parkinsonien qui s'ignore. Mais le temps passant le capital neurones dopaminergiques s'étiole en continu et un jour la caféine ne suffit plus à masquer le problème. C'est ce qui est arrivé à votre serviteur, je suis toujours gros buveur de café ,matin ,midi depuis un demi siècle.

Bonne journée  JCA

jean claude Prévost

Messages : 17
Date d'inscription : 02/08/2018
Age : 71
Localisation : La Ciotat

Revenir en haut Aller en bas

Re: les études cliniques sur le cannabis/Parkinson

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum